Principe d’étanchéité des joints dans les ouvrages étanches en béton

Les ouvrages étanches en béton sont régulièrement le siège de désordres tels que fissures et infiltrations d’eau. Des questions d’ordre technique se posent dès lors concernant l’acceptabilité de ces défauts, mais aussi au sujet des quantités d’armatures et des matériaux choisis pour réaliser les joints. Une étude a été menée récemment pour pouvoir y répondre. Cet article aborde plus particulièrement la mise en œuvre des joints de reprise et de retrait.

 

Efficacité des différents types de joints
Tout ouvrage en béton compte un certain nombre de joints que l’on distingue selon leur fonction : joints de construction (joints de dilatation, principalement), joints de reprise (en raison du phasage des travaux) ou encore joints de fractionnement (joints de retrait, par exemple). Dans le cas des ouvrages étanches en béton – qu’il s’agisse de stations d’épuration des eaux ou de caves à usage résidentiel –, ces joints représentent souvent des points faibles au droit desquels des fissures traversantes peuvent apparaître, entraînant ainsi des infiltrations d’eau. Il convient dès lors de mettre en œuvre localement un dispositif d’étanchéité à l’eau.

Consulter l'article.