Comment ça ? Jeter le sac avec le ciment ?

Good News

La gestion des déchets reste un enjeu important tant pour les fabricants que sur chantier. Sous la pression tant légale que sociétale, tous souhaitent s’inscrire dans une démarche environnementale. Vu la quantité de ciment utilisé et le nombre de sacs destinés au rebut, les grands cimentiers ont mené une réflexion sur des formules de recyclage.  La solution proposée aujourd’hui est vraiment innovante.

 

En 2010, rien que pour la France, la quantité de sacs – déchets atteint les 166 millions de sacs. A cette époque, les premiers sacs biodégradables et labellisés compostables sont annoncés et arrivent rapidement sur le marché (BioSac des Ciments Calcia en 2011, GascoGreen d’Holcim France en 2012, …). L’avancée est majeure. Ils ne partent plus vers les centres d’enfouissement ou d’incinération mais vers le compostage industriel où ils se dégradent quasi entièrement en 3 mois.

Mais, en 2010, Franck Cotton, alors président de l’UMGO (Union de la maçonnerie et du gros œuvre - France) rêvait déjà d’un sac que l’on puisse jeter dans la bétonnière.

Aujourd’hui son rêve est devenu réalité. Plus besoin de filière de valorisation ou de recyclage avec le nouveau sac Magic d’Holcim puisqu’il est jeté, sans être ouvert, dans la bétonnière comme le montre cette vidéo avec la version Magik pour la France d’Outremer.

 

Cette solution présente de nombreux avantages :

 

 

Sources :
- « Le premier sac de ciment biodégradable et compostable », 16/02/2010, www.techniques-ingenieur.fr
- « BioSac by Calcia, l’innovation s’emballe », 04/2010 www.calcia-infos.fr
- « Magic : le sac de ciment qui disparaît comme par magie dans la bétonnière », 10/01/18, www.architectura.be
- www.holcim.re
- www.holcim.be
Source de la photo utilisée à titre d’illustration : pixabay.com (by 3dman_eu - CC0 Public Domain - Libre pour usage commercial - Pas d'attribution requise). Son utilisation n'engage en rien l'auteur sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l'article.

 

Cet article n'est pas un publireportage. Il est né du souhait d'un e-veilleur de partager une information jugée intéressante et ce, sans engagement.