L’émergence des tablettes a-t-elle une incidence sur la domotique ? 4/4

Smartphone_by_Icons-LandAprès la gestion des consommations d’énergie, une deuxième évolution voit le jour - évidemment, on n’arrête pas le progrès -, c’est que quasiment tous les systèmes domotiques peuvent maintenant être programmés à partir d’un téléphone portable (smartphone, iPhone) ou d’une tablette (iPad, ...).

 

 Au départ, les systèmes domotiques sont programmables par des systèmes manuels simples. Par exemple, à Euroskills, c’est le système My Home de Legrand qui a été utilisé, programmé avec des petits cavaliers. Le même système est actuellement programmable sur PC, mais aussi à partir d’une tablette. J’ai vu récemment, en formation chez Legrand, les électriciens qui installent déjà ce système venir avec leur tablette. Les formateurs allaient leur expliquer comment mettre le bon programme sur la tablette. C’est l’avenir !

La plupart des installations permettent également au client de les gérer. Avant, la gestion se faisait avec des écrans tactiles ou des écrans qu’on mettait au mur (encastrés ou apparents), ce qui coûtait vraiment très cher. Ensuite, les personnes ont pu gérer leur installation via leur PC et le stade suivant - c’est déjà le cas -, c’est gérer à distance : on peut très bien allumer une lampe de son GSM, gérer son installation de sa tablette, de son iPhone.

Un autre exemple chez Philips avec le système de gestion d’éclairage DALI qui peut être en relation avec le système domotique KNX, on peut obtenir ainsi un système de gestion de l’éclairage intelligent pouvant fonctionner d’une manière autonome ou être commandé à partir d’une application domotique.

La gestion devient économique et ludique.

 

Incidence/attendu en matière d'offre de formation : information aux stagiaires

 

Lire aussi :

 

Source de l’illustration : « Smartphone-Icon » by Icons-Land, Vista Hardware Devices Icons, Free for non-commercial use, iconarchive.com. Son utilisation n’engage en rien les auteurs/sociétés/organismes sur un soutien ou un entérinement éventuel du contenu de l’article.

.